2020/03/06 - TEXTE/ Anti polémique

Le paysage médiatique est encombré de polémiques en tous genres : culturelles, politiques, sociétales, écologiques, ...

Presque tous les sujets sont prétextes à ériger des camps qui s’opposent et se déchirent.

Ces conflits, aussi virulents soient-ils, sont heureusement momentanés.

Ce sont souvent des joutes distrayantes entretenues pour détourner nos esprits de sujets essentiels. Pour ou contre telle ou telle idée ? Telle situation ou personne ?

On y voit s’affirmer, à chaque fois, des leaders d’opinion qui, en dominant la mêlée, donnent le ton des hostilités.

Ce sont des polémistes professionnels, ou des personnalités charismatiques maniant suffisamment bien le verbe pour traduire avec brio l’air du temps, en gagnant au passage l’adhésion d’un large panel de suiveur.euse.s.

Dans le monde saturé des médias, les meneur.euse.s. sont les véritables bénéficiaires des polémiques. Ils (ou elles) n’ignorent pas qu’en occupant l’espace, ils (ou elles) s’assurent une publicité qui gonflera leurs audiences.

Il vaut mieux émettre des avis tranchés, si possible avec un parfum de scandale ou de sensationnalisme. Avoir l’air de prendre des risques, surtout. La notion de danger est décisive en la matière.

Dans un tel contexte, il reste peu de place pour la nuance ou la complexité. Soyons pour, soyons contre, ayons tort ou raison, soyons absolument outré.e.s, indigné.e.s, scandalisé.e.s, mais surtout, soyons-le à fond ! Ca nous occupe et nous distrait de la tragique actualité, tout en nous donnant l’illusion d’être de plain-pied dans notre époque. Les grands débats qui animent les sociétés ne font t’ils pas évoluer les choses ? Ce sont aussi des facteurs de division, qui peuvent, dans certains cas, amener à en venir aux mains.

Mais la plupart des polémiques ne sont qu’agitation, représentations théâtrales. On y entretient son image, y affermit son ego.

Car quelques soient les idées concernées, il n’y est question que de renforcer sa position identitaire.

Le mieux est d’éviter les polémiques, se contenter de les observer à distance. Le recul permet une perspective critique qui les rendrait presque attrayantes. En assistant à ces batailles symboliques avec la neutralité d’un observateur extérieur, on vit un pur moment de comédie humaine. Avec, en prime, une occasion rêvée de voir tomber les masques. On repère alors celles et ceux qui guettent les controverses comme des opportunités d’asseoir leur emprise sur les imaginaires, ou simplement se défouler.

Un article percutant, une habile sortie radiophonique ou un post ordurier peuvent offrir une chance exceptionnelle d’accaparer l’attention des foules. L’aboutissement ultime de tout ce cirque ? Une banale jouissance narcissique.

Mais rapidement, tout comme après une séance de masturbation, la tension retombe, le sujet s’épuise, il nous faut du neuf. Une polémique vient en chasser une autre.

Le jeu peut reprendre. Il n’y a plus qu’à re brasser du vide.

Et notre monde continue à marcher sur la tête.


HR

  • Black Facebook Icon
  • Black Instagram Icon